Séminaire: Politiques agricoles et dépendances alimentaires en Afrique du Nord Séminaire de recherches

    0
    294
    Quand :
    19/05/2017 Journée entière
    2017-05-19T00:00:00+02:00
    2017-05-20T00:00:00+02:00
    Où :
    Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux
    Rue.Farhat Hached
    Tunis
    Tunisie
    Contact :

    Politiques agricoles et dépendances alimentaires en Afrique du Nord Séminaire de recherches. Tunis 19 Mai 2017

    Le séminaire se tiendra dans la salle de réunion de l’FTDES à Tunis. Adresse : 47, Avenue Farhat Hached Bloc « A », 2ème étage. Tunis 1001. Lire la suite…

    Politiques agricoles et dépendances alimentaires en Afrique du Nord

    Séminaire de recherches, en partenariat avec  OSAE[1] et FTDES[2]

    Tunis 19 Mai 2017.

    Organisateurs : Habib Ayeb & Ray Bush.

    (Voir Programme Provisoire ci-dessous)

    Présentation :

    Le séminaire prévu à Tunis le 19 Mai 2017 se base sur un programme de recherche intitulé « Food Sovereignty, Security and rural livelihoods in the Arab world: the cases of Egypt, Tunisia and Morocco » (Souveraineté alimentaire, sécurité et conditions de vie rurale dans le monde arabe : les cas de l’Egypte, la Tunisie et le Maroc) – 2015 – 2017.

    Regroupant des chercheurs.es, des étudiant.e.s avancé.e.s et des membres de la société civile, le séminaire vise à :

    • Partager avec les partcipant.e.s, communicant.e.s ou non, les éléments et les réflexions, et les premiers résultats, du projet en cours, dans le but de l’enrichir par les discussions et les échanges.
    • Recueillir et discuter les apports empiriques ou théoriques des différent.e.s intervenant.e.s.
    • Discuter et rassembler des propositions académiques, pratiques et politiques sur la question de souveraineté/sécurité alimentaire en Tunisie et ailleurs.
    • Réfléchir ensemble à des actions et des possibles activités académiques et pratiques à mener et/ou réaliser.

    En Tunisie, en Egypte et au Maroc[3] les politiques agricoles ont globalement connu des orientations relativement similaires depuis les années cinquante jusqu’à nos jours. Elaborées et conduites sous les deux objectifs principaux de la modernisation technique et de la sécurité alimentaire, ces politiques se sont progressivement éloignées des questions sociales locales (campagne, petites paysanneries, autoconsommation, etc.) pour se concentrer sur les taux de croissance nationale du secteur agricole et sur l’équilibre de la balance commerciale agricole. Dirigistes et volontaristes à partir des années cinquante et soixante, ces politiques se sont progressivement libéralisées avec une plus forte implication des investisseurs privés vivement encouragés et soutenus par les pouvoirs politiques. Pour aller vite, on pourrait dire qu’à des politiques « socialisantes », avec notamment la réforme agraire de Nasser en Egypte et le collectivisme en Tunisie, ont suivi, à partir des années 1980, des politiques de libéralisation économique, d’ajustements structurels et de privatisations (y compris des ressources hydrauliques et foncières).

    Les deux phases s’inscrivent parfaitement sous le double signe conceptuel de l’idéologie de l’irrigation et de la modernité technique. Les leaders des années 1950 et 1960, Nasser en Egypte, Bourguiba en Tunisie et Hassan II au Maroc, (leurs successeurs ont poursuivi dans la même direction mais sans vision globale) étaient porteurs d’un projet de modernisation technique et de développement bâti sur la nécessité de mobiliser l’ensemble des ressources hydrauliques au service du développement. Cela a donné le Haut Barrage d‘Assouan en Egypte et des dizaines de barrages, moins connus que le premier, au Maroc et en Tunisie. Les grandes infrastructures hydrauliques (barrages, canaux, sondages profonds…) devaient être les moteurs modernes du développement du secteur agricole qui devait, à son tour, soutenir le développement économique global par le transfert de capitaux vers les autres secteurs de l’économie, dont l’industrie, les services…

    Cette évolution des politiques agricoles s’est faite au détriment des petites paysanneries qui ont subi des processus de dépossession et de marginalisation induits par la libéralisation du secteur, voulue par l’Etat et par les grandes institutions financières et le secteur privé arguant de la nécessité de développer une agriculture moderne, hautement mécanisée et orientée vers l’export. Toutefois, malgré un indéniable « développement » technique, ces trois pays ont subi en 2008 une crise alimentaire extrêmement pénalisante qui a reposé, avec insistance, la récurrente question de l’insécurité et de la dépendance alimentaire, qui n’est pas sans liens avec les révolutions de 2011 dans certains pays de la région.

    Tout en donnant une place centrale à la Tunisie (pour des raisons strictement pratiques), le séminaire qui se tiendra à Tunis le 19 Mai 2017, tentera d’aborder l’ensemble des éléments de la question alimentaire -à des échelles différentes du local au global.

    PS : Le séminaire se tiendra dans la salle de réunion de l’FTDES à Tunis. Adresse : 47, Avenue Farhat Hached، Bloc « A », 2ème étage. Tunis 1001.

    Programme

     

    9h00 – 10h30 :

    – Ouverture (9h00-9h30)

    – Ray Bush : « Food security, food sovereignty and food protest: Egypt and Tunisia » (9h30-10h30)

    Ray Bush is professor of African Studies and Development Politics. POLIS. University of Leeds. UK

    10h30 – 11h00 : Pause café

    11h00 – 12h00 : Max Ajl : « Delinking, Food Sovereignty, and Populist Agronomy Towards an Intellectual History of the Peasant Path in the Global South »

    Max Ajl is a doctoral student in Development Sociology at Cornell University. He edits Jadaliyya’s Palestine page.

    12h00 – 13h00 : François Ireton : « Les productions, consommations et importations de céréales en Egypte et en Tunisie : évolution des niveaux nationaux de dépendance alimentaire (1960-2015) ».

    François Ireton est sociologue. CNRS

    13h00 – 14h30 : déjeuner

    14h30 – 15h30 : Amine Slim : « L’agriculteur, acteur clé de la conservation de la biodiversité »

    Amine Slim est chercheur à la Banque Nationale des Gènes BNG.

    15h30 – 16h30 : Mustapha Juili : « La balance alimentaire en Tunisie, au-delà d’une lecture mercantile »

    Mustapha Juili est Maitre assistant à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul et chercheur au labo Economie Rurale, INRAT Tunis.

    16h30 – 17h00 : Pause café.

    17h00-18h00 : Habib Ayeb : La question foncière en Tunisie ; une clé de lecture de la dépendance alimentaire.

    Habib Ayeb est Maître de Conférence. Département de Géographie. Université Paris 8.

    18h00-19h00 : Corinna Mullin & Max Ajl : Discutant.e.s

    Corinna Mullin is a visiting Assistant Professor of International Relations at the University of Tunis as well as a Research Associate in the Department of Politics and International Studies at the School of Oriental and African Studies (SOAS).

     

     

    PS : Le séminaire se tiendra dans la salle de réunion de l’FTDES à Tunis. Adresse : 47, Avenue Farhat Hached، Bloc « A », 2ème étage. Tunis 1001.

    [1] OSAE : Observatoire de la Souveraineté Alimentaire et de l’Environnement.

    [2] FTDES : Forum Tunisien des Droits Sociaux et Economiques.

    [3] Le projet de recherche, en cours, « couvre » les trois pays de l’Afrique du Nord (Egypte, Tunisie et Maroc). Sa première phase a couvert l’Egypte et la Tunisie. La seconde couvrira la Tunisie et le Maroc.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    S'il vous plaît entrer votre nom ici

    *