L’unité des peuples, pas la lutte des régimes

0
2017

L’unité des peuples, pas la lutte des régimes

Les organisations syndicales, associations, mouvements sociaux, militants et activistes soussignés ont suivi les récents développements qui ont accompagné la tenue du sommet afro-japonais TICAD 8 en Tunisie et la contestation entre les régimes en Tunisie et au Maroc sur la représentation de la délégation sahraouie et le débat violent qui l’accompagne qui s’est propagé aux médias sociaux et aux plateformes médiatiques avec des tendances chauvines étroites qui sapent la longue et ancienne relation d’amitié et de solidarité entre les peuples tunisien et marocain et les peuples du Maghreb ;

Rappelons, à cet égard, concernant le conflit sur le Sahara Occidental, qui a constitué le principal obstacle à l’unité du Maghreb, le processus de lutte civile et solidaire qui a été menée la société civile, les syndicales et les mouvements sociaux qui a débouché sur l’annonce de la fondation du Maghreb Forum social en 2006 ainsi que les actions  communes pour construire une région maghrébine solidaire et démocratique qui respecte les droits politiques, civils, sociaux et culturels ;Ce parcours, qui a abouti à l’annonce de l’Initiative pour la Paix au Sahara Occidental (IPSO) et l’adoption de la Charte des peuples maghrébins pour un espace démocratique pour les citoyennes et les citoyens et les peuples de la région pour un Maghreb des Peuples, un Maghreb de paix, de démocratie, de prospérité partagée et de  solidarité ;Nous, signataires :

  • appelons les dynamiques civiles et syndicales du Maghreb, en particulier en Tunisie et au Maroc, à œuvrer ensemble pour arrêter l’escalade et pousser à un retour à notre choix historique basé sur la solidarité, l’action commune et à nos vrais combats pour le développement, la démocratie, la liberté, la justice sociale et contre la tyrannie.
  • Nous appelons les forces civiles et syndicales et les mouvements sociaux et de jeunesse à contrer toutes les tentatives d’entraîner les peuples maghrébins dans des conflits au service de régimes dont la seule préoccupation est de s’accrocher au pouvoir, même en créant des crises et des alliances qui ne servent pas les peuples ou établir un espace de paix, de solidarité et de développement commun
  • lançons un appel aux journalistes pour qu’ils cessent les attaques et polémiques stériles et qu’ils fassent pression pour surmonter la crise et renforcer la solidarité dans le respect des différences d’opinion ;
  • nous engageons à travailler collectivement de manière plus participative pour restaurer la confiance entre les peuples du Maghreb, qui ont été mis à mal par les régimes et les autorités, et pour affronter conjointement les campagnes d’hostilité et les conflits qui ne servent pas nos peuples, et pour la mise en place de réseaux pour faire converger nos luttes pour un Maghreb libre et solidaire ;

·        œuvrons pour créer un véritable développement dans la région du Maghreb et jeter les bases de la construction du Maghreb des peuples, qui est une nécessité historique incontournable ; ·        Continuerons, ensemble, à lutter pour le respect des droits humains dans leur indivisibilité et leur universalité, et en faisons un cadre pour la construction d’un espace maghrébin dans lequel prévalent les valeurs de tolérance, de démocratie et de solidarité.·        Renouvelons, à cette occasion, notre demande d’ouverture des frontières entre les pays du Maghreb et de respect de la liberté de circulation comme une étape vers la construction de l’unité du Maghreb.Les défis qui nous unissent exigent plus de concertation, de sagesse, d’actions communes et de solidarité dans la défense des droits et des libertés, la résistance à la tyrannie et la formulation d’alternatives de développement loin des politiques et des pratiques de régimes qui ont prouvé leur incapacité à assurer la liberté et la vie décente pour leurs citoyennes et citoyens. Tunis/Casablanca le 30 août 2022