Lettre ouverte commune à l’attention du président Biden

0
1715

Lettre ouverte commune à l’attention du président Biden 

Le 29 août 2022

Monsieur le président,

Nous vous écrivons parce que la réponse toujours tiède et molle de votre administration face à l’escalade des attaques du gouvernement israélien contre d’éminents groupes palestiniens de défense des droits humains et de la société civile au cours des 10 derniers mois a mis en grave danger la sécurité et le
bien-être des défenseurs palestiniens des droits humains. Nous exigeons une action immédiate en réponse à la dernière escalade du gouvernement israélien, afin d’enrayer toute nouvelle tactique répressive imminente des autorités israéliennes et de garantir que la société civile palestinienne soit libre de poursuivre son travail essentiel.

La semaine dernière, dans une escalade significative, les forces militaires israéliennes ont perquisitionné les bureaux de sept organisations communautaires et de défense des droits humains palestiniennes en Cisjordanie occupée le 18 août 2022, en scellant leurs portes, en ordonnant leur fermeture et en saisissant des ordinateurs et d’autres documents confidentiels. Dans les jours qui ont suivi, les directeurs de ces organisations ont été convoqués par l’armée israélienne et l’Agence de sécurité israélienne (Shin Bet) pour être interrogés. Tout le personnel est actuellement sous la menace d’une arrestation et de poursuites imminentes. Alors que de nombreux membres de la communauté internationale n’ont pas tardé à condamner la manoeuvre politique honteuse du gouvernement israélien en octobre 2021, désignant les principales organisations palestiniennes de défense des droits humains comme “terroristes” en vertu de la draconienne loi antiterroriste israélienne, votre administration a refusé d’agir ou de rejeter cette attaque manifeste contre la société civile palestinienne, et a même pris des mesures positives, notamment l’annulation du visa américain valide détenu par le chef de l’une des organisations hors-la-loi. Jusqu’à présent, la réponse n’a fait que permettre au gouvernement israélien de maintenir et d’intensifier sa répression.

Les organisations visées font partie du socle de la société civile palestinienne qui, depuis des décennies, protège et fait progresser les droits humains des Palestiniens sur l’ensemble des questions d’intérêt mondial, notamment les droits des enfants, les droits des prisonniers, les droits des femmes, les droits socio-économiques, les droits des travailleurs agricoles, la justice et la responsabilité des crimes internationaux. Parmi ces organisations figurent : Defense for Children International – Palestine, Al Haq, Addameer, Bisan Center for Research and Development, Union of Agricultural Work Committees, et Union of Palestinian Women’s Committees. Ce sont des partenaires de confiance dans notre travail collectif visant à garantir les droits humains pour tous.

Depuis que le gouvernement israélien a officiellement mis hors la loi ces groupes de la société civile, les groupes internationaux de défense des droits
humains, les Nations unies et les gouvernements qui ont enquêté sur les allégations d’Israël les ont jugées sans fondement. Cela inclut 10 gouvernements européens qui ont rejeté les allégations à la mi-juillet 2022. Dans un rapport profondément troublant publié cette semaine, la Central Intelligence Agency des États-Unis aurait évalué les informations transmises par le gouvernement israélien au début de l’année et aurait conclu qu’aucune des soi-disant preuves ne soutenait les affirmations du gouvernement israélien. En outre, des membres du Congrès ont demandé à votre administration de condamner et de rejeter l’attaque manifeste du gouvernement israélien contre la société civile palestinienne.

En tant que groupes engagés en faveur de la justice sociale, des droits civils et des droits humains universels, nous avons pu constater de visu que l’accusation de “terroriste” et la prétendue “guerre contre le terrorisme” menacent non seulement les défenseurs internationaux des droits humains, mais aussi les mouvements sociaux et les communautés marginalisées ici aux États-Unis : Les activistes et les communautés autochtones, noires, brunes,musulmanes et arabes ont également été confrontés au silence, à l’intimidation, à la criminalisation et à la surveillance sous de telles accusations sans fondement. Une menace contre le mouvement palestinien pour les droits humains est une menace contre les mouvements pour la justice sociale partout dans le monde, et afin de protéger les droits humains et les défenseurs des droits humains, tous les États doivent être tenus responsables de leurs actions manifestement injustes.

Alors que notre gouvernement offre depuis longtemps un soutien inconditionnel au gouvernement israélien, nos mouvements et organisations défendront toujours en premier lieu les droits et la sécurité des personnes. Par conséquent, nous, les organisations et les individus soussignés, vous demandons, dans le cadre de votre autorité en tant que Président, de immédiatement :

  • condamner les tactiques répressives du gouvernement israélien et l’escalade de la campagne de criminalisation et d’intimidation contre les organisations de la société civile palestinienne, leur personnel et leur conseil d’administration ;
  • rejeter les accusations infondées du gouvernement israélien à l’encontre des organisations de la société civile palestinienne ;
  • prendre des mesures diplomatiques, de concert avec vos homologues européens, afin de protéger les organisations palestiniennes visées, leur personnel et leur conseil d’administration, leurs locaux et autres biens ;
  • vous abstenir d’imposer des obstacles ou des politiques qui empêcheraient un engagement direct entre le gouvernement des États-Unis et la société civile palestinienne, ou qui empêcheraient une compréhension publique complète de la gravité et des impacts de la répression israélienne ;
  • mettre fin aux efforts des États-Unis visant à saper le droit des Palestiniens et des organisations de la société civile palestinienne à obtenir justice et responsabilité, y compris devant la Cour pénale internationale ;
  • vous assurer qu’aucune action n’est prise au niveau fédéral qui entrave de quelque manière que ce soit le financement des organisations basées aux États-Unis ou des individus aux organisations palestiniennes ciblées ; et
  • suspendre le financement militaire américain au gouvernement israélien et cesser tout effort diplomatique permettant l’impunité systémique pour les violations flagrantes par Israël des droits humains internationalement reconnus.

Cordialement,