Communiqué: la fermeture définitive du camp de Choucha

    0
    677

    Tunis le 09 octobre 2014

    Communiqué de presse au sujet de la détention de Bamba Omar et la fermeture définitive du camp de Choucha

    Bamba Oumar de nationalité Ivoirienne, 31 ans, a été arrêté le 27 septembre 2014 par les brigades de la garde nationale de la ville de Kairouan. Le dossier a été soumis au procureur de la république qui lui a transféré à la prison civile de la région pour motif de : « séjour illégal sur le territoire Tunisien et la non détention d’un papier d’identité valide. »

    Ayant entré légalement en Tunisie le 27 mars 2011, en utilisant un laissez passer fournis au point frontalier de Ras jdir, et n’ayant commis aucune infraction depuis sa présence sur le territoire Tunisien, Bamba Oumar demeure à Choucha et a déjà formulé une demande d’asile auprès du Haut Commissariat pour les Réfugiés.

    Le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux s’est tenue de défendre Bamba Oumar ,et maitre Aida Guizani ,avocate et membre de la section de Kairouan a plaidé pour sa libération immédiate ,et ce pour absence d’infraction vis-à-vis de la loi tunisienne concernant le franchissement des frontières, étant un refugié qui a fui la guerre en Libye.

    Le tribunal de première instance du Kairouan a validé son acquittement aujourd’hui le 09 octobre 2014 et précise qu’il sera traduit une autre fois devant le tribunal le 16 octobre 2014.

    Le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux exprime son soulagement quant à la libération de Bamba Omar et :

    -condamne les harcèlements à l’encontre des réfugiés du Choucha ,les menaces de fermeture définitive du camp et réitère son appel au respect du droit d’asile en, insistant sur le caractère non constitutionnel des violations de ce droit, garanti par l’article 26 de la constitution tunisienne

    – demande à offrir un statut juridique stable à ces refugiés leur permettant l’exercice de l’ensemble de leurs droits en Tunisie, comme le convenait le gouvernement Tunisien en juillet 2013

    -demande le réexamen des demandes d’asile des réfugié-e-s ayant reçu un rejet définitif de leur dossier en regard du climat politique et sécuritaire tumultueux dans la région, en particulier sur les frontières Tuniso-libyennes ;

    -sollicite les pays européens pour accueillir les réfugiés fuyant la guerre et les conflits politiques dans leurs pays et de garantir par ce fait leur droit à l’asile, conformément aux conventions internationales.

    Pour le Forum Tunisien des Droits Economique et Sociaux,

    Messaoud Romdhani

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    S'il vous plaît entrer votre nom ici

    *