La crise de l’agriculture à Gafsa : Avons-nous besoin d’un plan de sauvetage d’urgence du gouvernement pour faire face à la crise?

0
743
Gafsa

La crise de l’agriculture à Gafsa : Avons-nous besoin d’un plan de sauvetage d’urgence du gouvernement pour faire face à la crise?

Par: Rihab Mabrouki

Le secteur paysan est l’un des piliers de la souveraineté nationale et l’un des secteurs clés pour parvenir à un développement global et durable, car il affecte des aspects importants de l’économie. En Tunisie, ce secteur est confronté à de nombreux problèmes qui empêchent son développement, ses progrès et ses hauts niveaux de productivité, notamment dans les cultures telles que le blé, qui sont importés par l’État pour la consommation et compensent la pénurie de production nationale.

Le gouvernorat de Gafsa, sud-ouest de la Tunisie n’est pas à l’abri de tous ces problèmes qui ont été négligés par l’autorité et n’en ont pas fait une priorité depuis des décennies.  C’est pourquoi nous sommes maintenant confrontés à la nécessité de modifier les politiques de l’Etat à l’égard du secteur paysan afin de les aider à éviter des répercussions négatives sur la scène nationale et mondiale, notamment en raison de la propagation de la pandémie de Corona et de son impact sur toutes les régions de la plupart des pays.

  L’agriculture est la solution !

Au mi-2020, l’union tunisienne pour l’agriculture a publié un livre intitulé “L’agriculture est la solution pour renforcer notre souveraineté et développer notre économie.”[1]

Selon le livre, le secteur est un moyen de subsistance pour plus de 500 000 paysans et 60 000 marins et indirectement pour plus de 2,5 millions de travailleurs. Sur la base de ce qui précède, l’importance de ce secteur et sa contribution au développement économique par l’absorption de la main-d’œuvre, la sécurité alimentaire et ainsi l’amélioration du niveau de vie de la population peuvent être observées. Cependant, les problèmes rencontrés par le secteur paysan dans le gouvernorat de Gafsa demeurent un obstacle à son progrès, surtout compte tenu du fait que le gouvernement n’a pas réussi à protéger certaines cultures en raison de la rareté des précipitations dans le sud et l’incapacité des agriculteurs de résister au coût de l’arrosage pour faire face à la sécheresse, ainsi qu’à la grave pénurie d’articles fourragers comme l’orge et aux difficultés que l’agriculteur éprouve aujourd’hui pour assurer la survie de la culture. De plus, le ministère de l’agriculture a été indifférent à la protection du bétail en perdant de vue la pollinisation saisonnière, qui a fait face aux prix élevés, à la sécheresse et aux maladies infectieuses.

Certaines cultures dans le gouvernorat de Gafsa

Certaines cultures dans le gouvernorat de Gafsa[2]

les oasis de Gafsa face à la soif

La superficie des oasis en Tunisie est de 40.000 hectares[3], qui sont classés comme des oasis côtières, qui sont situées dans chacune Gabes et Djerba  des oasis de montagne situées dans  Tozeur  en particulier dans les régions de Dimas, Tameghza et les oasis continentales, concentrées dans le gouvernorat de Gafsa Selon le Président de l’Association « Gadous pour la Protection de l’Oasis et l’Entretien de la Ville »  Hatem Khalfallah.

Malgré la diversité des ressources en eau du secteur des oasis, comme, l’Œil du Fawara, l’Œil de Robee, l’Œil d’Ayad, l’Œil de Tretech et l’Œil de Zalani, qui est fourni par l’Oasis du Gsar, le problème de la pénurie d’eau reste un obstacle au développement productif de l’agriculteur dans cette région. Environ 70% des ressources en eau de gouvernorat de Gafsa sont exploitées et utilisées pour l’irrigation selon la délégation paysanne de Gafsa. Cette eau est divisée en puits d’État et puits qui sont gérés par des associations de développement de l’eau ou comme ils sont appelés les piscines d’eau. Le processus d’irrigation des zones des oasis dans cette zone nécessite habituellement environ 300 litres par seconde, dont 180 litres par seconde seront fournis par le délégué paysan et 120 litres par seconde seront fournis par les piscines d’eau. Cependant, à mesure que la population augmente et que la consommation augmente, le paysan est confronté au problème des pénuries d’eau, dû principalement à l’expansion de la zone oasis du Gsar de 600 hectares au cours des années 1980 à environ 1200 hectares à l’heure actuelle, ainsi que la rareté des précipitations et de la sécheresse. Cela est dû à l’incapacité de la Banque paysanne de répondre aux demandes des paysans de les financer en raison de la diminution des superficies des petits agriculteurs et de leur incapacité à rembourser les excédents de prêts, comme il le dit Hatem Khalfallah.  D’autres formes de monopolisation par la prolifération des circuits de distribution non contrôlées par l’État, par l’adoption de la médiation plutôt que des ventes de produits aux consommateurs, ainsi que par les problèmes créés par le citoyen, comme l’étalement urbain aux dépens des espaces oasis et la construction chaotique, a rendu le paysan aujourd’hui réticent à produire et à servir la terre, laissant le paysan producteur dévasté par son incapacité à relever seul tous ces défis.

Problèmes de l’agriculture à Gafsa

Selon la délégation régionale pour le développement Paysan, les principaux cultivars dans le gouvernorat de Gafsa sont 33.639 hectares, avec une cage comprenant le blé, l’orge et le fourrage, le nombre estimé d’arbres fruitiers est de 92,938 hectares, dont 31,23 sont des superficies et 59,289 hectares sont des oliviers de la même source. En outre, le bétail comprend les moutons, les vaches, les chèvres, les sabots, les lapins, les cailles et les apiculteurs, qui sont le gagne-pain de centaines de paysans. Cependant, compte tenu de l’importance du secteur paysan, de sa diversité d’une part et de sa capacité à soutenir l’économie nationale, mais  les défis matériels  font obstacle à la production durable. Le problème de la promotion des paysans est la preuve de l’absence d’une stratégie claire de l’Etat pour restaurer la surproduction parmi les paysans, qui les oblige souvent à détruire et à jeter du lait sur la route, comme nous l’a confirmé l’ingénieur général paysan Hakim Dinari.  Le paysan vit aussi du problème de la hausse des coûts par l’augmentation des prix des aliments pour animaux, qui nécessite l’intervention de l’État par des subventions pour réduire les prix.

Dans son rapport 2020, la délégation régionale pour le développement paysan place les problèmes les plus importants dans le secteur paysan comme la dette des paysans, qui constitue un obstacle au soutien des investissements car le secteur bancaire a moins contribué au financement des projets paysans, ainsi qu’à l’échec règlement des terres socialistes dans les conseils de disposition. Ce serait un obstacle à l’accès des agriculteurs aux concessions, ainsi que l’incapacité de l’autorité à répondre aux demandes de construction du puits afin de lancer des projets spéciaux. Mohamed Rahal, Président de l’Union paysanne, a eu tendance à détériorer le secteur paysan en l’absence de soutien de l’Etat en général.

Bovins et vaches exposés au danger de dégradation

Le bétail, à son tour, est confronté à un certain nombre de problèmes, qui font partie de la crise que le secteur paysan a généralement dans le gouvernorat de Gafsa. Dans ce contexte, Moncef Salem, paysan et militant civil, évoque les problèmes du secteur ovin, dont le nombre est de plus en plus insuffisant en raison du manque de pâturages en échange de nourriture, comme l’orge, qui est passé de 29 dinars à 40 dinars en quelques années. En plus de ne pas répondre aux besoins du paysan et du fait que l’office des grains a eu tendance à fournir des aliments par la médiation, qui a créé un monopole dans le secteur, ces raisons ont conduit l’agriculteur à élever des vaches, qui, à leur tour, n’ont pas été moins chères pour le paysan, qui s’est trouvé confronté aux mêmes problèmes dans l’élevage des moutons en doublant le prix de la nourriture de 35dinars  à environ 60dinars. Cette fluctuation des prix est due à la politique de l’autorité, qui n’est plus en mesure de faire face à ces augmentations irrégulières. Selon Moncef Salem, une politique de médiation entre les paysans et les centres de collecte de lait a conduit à la destruction du secteur de l’élevage en raison de faibles revenus. Malgré plusieurs formes de protestations des paysans, des négociations ont eu lieu avec l’autorité compétente, représentée par le ministère de l’agriculture, qui a condamné la situation lamentable du secteur paysan et a cherché des solutions immédiates pour mettre fin à la crise dans ce secteur. Cependant, la politique de procrastination est demeurée la même, comme l’a dit M. Ben Salim, qui a souligné que les solutions proposées par les autorités concernées ne peuvent être considérées que comme des solutions condescendantes pour absorber la colère des paysans sans fournir d’alternatives qui contribuent à résoudre les problèmes de ce secteur et à sauver les récoltes de la perte.

Échec à résoudre la crise

 Dans le contexte de la crise du secteur paysan, une question est soulevée sur le rôle du ministère de l’agriculture, des ressources en eau et de la pêche dans le processus de suivi, d’orientation et de soutien, notamment la surveillance des monopoles et des investisseurs privés dans ce domaine qui, ne manquent pas l’occasion de réaliser des marbres imaginaires au détriment de la situation économique fragile du paysan. Il est donc de la responsabilité du ministère de l’agriculture d’agir pour mettre fin aux violations de la loi dans ce secteur.

 Parler du secteur paysan et de sa marginalisation et de ses mauvaises conduites dans ses ressources et sa richesse n’est pas marginal. Elle exige plutôt un plan de sauvetage d’urgence du gouvernement qui respecte ses engagements envers les petits agriculteurs afin de les aider à surmonter les problèmes qui les empêchent de récolter leurs récoltes.   Étant donné que le soutien du secteur paysan et la défense des droits des paysans sont au cœur des objectifs de l’association du forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), l’appel de l’assemblée à répondre aux demandes des paysans et à prendre en compte leurs besoins économiques aujourd’hui apporterait des solutions importantes à de nombreux problèmes actuels, qui nécessitent une volonté politique par des changements de politiques et de pratiques agricoles.

[1] http://www.utap.org.tn/language/ar/

[2] http://www.radiogafsa.tn/

[3] http://www.agriculture.tn/documents/opendata/docs/Wahatt%202011.pdf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

*