La crise hydrique en Tunisie et ses répercussions sur le manque d’eau dans le gouvernorat de Monastir

0
978

La crise hydrique en Tunisie et ses répercussions sur le manque d’eau dans le gouvernorat de Monastir

Mohamed Gaaloul

Introduction
La privation des droits de leurs droits les plus fondamentaux est l’un des problèmes les plus importants auxquels sont confrontées les sociétés dans le monde. La négation de ces droits est la cause principale de la fracture de la fondation des sociétés, de l’exclusion sociale et
économique croissante et de la crise croissante de la discrimination “classiste”.
La violation des droits fondamentaux est la plus grande violation des principes des droits de l’homme et du concept et des objectifs du développement durable. L’un des plus importants de ces droits est le droit à l’eau, qui est reconnu dans tous les traités et lois internationales comme un élément essentiel pour la jouissance d’une vie décente, le droit à la santé et la garantie d’un niveau de vie adéquat. Cependant, la Tunisie est marquée ces dernières années par un problème majeur de manque d’eau potable en raison de la grave sécheresse qui frappe le pays depuis près de cinq ans. Ainsi, la Tunisie est classée parmi les pays pauvres en eau en raison de la sécheresse, de l’augmentation de la consommation, du changement climatique, de la surexploitation de l’eau dans les secteurs vitaux et de
l’absence d’une stratégie claire de l’État pour réduire l’épuisement des ressources en eau et trouver une solution durable à la crise hydrique.

Français

Télécharger (PDF, 12.35Mo)

 

Arabe

Télécharger (PDF, 11.5Mo)