La manière dont l’UE a imposé les Accords de Partenariats Economiques (APE) à l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest individuellement, ainsi que les conséquences de cet accord au Sénégal

    0
    1881

    Guy Marius Sagna : La manière dont l’UE a imposé les Accords de Partenariats Economiques (APE) à l’ensemble des pays de l’Afrique de l’Ouest individuellement, ainsi que les conséquences de cet accord au Sénégal

    L’Accord de Cotonou est la première duperie avec laquelle l’UE a trompé les pays ACP (Afrique Caraïbes Pacifique). Sans Accord de Cotonou, point d’APE. On pourrait même remonter à la création de l’OMC en 1994. Aujourd’hui de plus en plus de voix disent « Junk WTO ». En signant l’Accord de Cotonou, les chefs d’Etats et de gouvernements des pays ACP avaient commencé à concevoir les APE entre l’UE et eux. Les gouvernements des pays ACP signataires savaient-ils ? Justement, alors que prend fin l’Accord de Cotonou, la période d’évaluation de cet accord doit servir notamment aux sociétés civiles et aux gouvernements progressistes des pays ACP de sortir de cet Accord de Cotonou.

    Les négociations entre l’UE et les pays d’AO ont été marquées du sceau de l’opacité. Les peuples n’ont pas été impliqués. Pas suffisamment. La société civile ouest africaine, celle qui s’en réclame tout au moins s’est quand même mobilisée.

    L’UE a fait plusieurs études d’impact de l’application de l’APE en AO. Elles ont toutes conclu que l’APE produirait une catastrophe. Ces études d’impact ont été soigneusement cachées.

    Dans sa stratégie, l’UE a aussi utilisé la course de fond. L’UE a su être patiente. Les négociations ayant débuté au début des années 2000, l’UE a pu attendre une conjoncture plus favorable à la signature de l’APE avec l’AO. Ainsi, les changements de présidents au Nigéria, au Sénégal et en Côte d’ivoire ont été mis à profit pour accélérer la signature de l’APE.

    L’UE a su appliquer le « diviser pour mieux régner » avec les 16 pays de l’Afrique de l’ouest pour faciliter l’adoption de l’APE. Ainsi l’UE a pu utiliser les différences de statut ces pays : PMA et non PMA.

    En outre, L’UE a agité le miroir aux alouettes de son chéquier pour tromper sinon les dirigeants des pays d’Afrique de l’Ouest du moins leur société civile. C’est à cela qu’à servi le programme des APE pour le développement (PAPED).

    L’APE entre l’UE et l’AO va entrainer des pertes de recettes budgétaires, fragiliser davantage les PME et l’agriculture du Sénégal, augmenter le chômage et donc la pauvreté, renforcer la dépendance alimentaire avec des agricultures réduites à leur plus simple expression.