”La soif de Aamra!”

0
1107

“La soif de Aamra!”

Rebah Ben Othman

De la revue semestrielle de la justice environnementale de 2023

Le dilemme dans la région de Âamra, ainsi que dans de nombreuses régions agricoles connaissant les mêmes problèmes, est principalement lié à un choix de développement sur lequel les autorités tunisiennes parient depuis les années 1970. Cela se manifeste par leur abandon de leur rôle régulateur et par la cession de milliers d’hectares aux grandes entreprises et à certains investisseurs, qui bénéficient de diverses incitations et avantages fiscaux. Parier sur des cultures intensives consommatrices d’eau, en particulier dans les régions confrontées à une pénurie d’eau, sous prétexte de favoriser les exportations et de fournir de l’emploi dans des régions où le chômage est élevé, relève simplement d’une illusion. En réalité, le coût réel de ces activités est élevé et les générations futures en paieront la facture. Les signes de cela commencent déjà à apparaître, tels que l’épuisement total des puits, l’abandon massif des petits agriculteurs de l’activité agricole et l’ampleur croissante du phénomène d’exode, sans oublier la salinisation des ressources hydriques.

Il convient de mentionner en particulier que dans la région de Gafsa, l’État continue progressivement d’abandonner l’agriculture familiale au profit d’un modèle agricole entrepreneurial qui épuise les ressources en eau.

Télécharger (PDF, 1.41Mo)