OST: Rapport avril 2018 des mouvements sociaux

0
266

Rapport de l’Observatoire Social Tunisien

Avril 2018

Plusieurs événements ont caractérisé ce mois d’avril 2018 et peuvent se résumer comme suit ;

  • Les célébrations relatives à la fête des martyrs. Ces commémorations étaient, comme les précédentes, sommaires, montrant une grande absence des partis au pouvoir et de ceux de l’opposition dans les espaces publics. Par ailleurs, cette période n’est pas loin de nous rappeler le silence concernant l’enquête sur les évènements qui ont accompagnés ces cérémonies durant la période de la Troïka et pendant lesquelles il y a eu usage excessif de violence par le corps sécuritaire sur les personnes y participant dans l’avenue Habib Bourguiba et les rues avoisinantes.

La problématique évoque, encore une fois, la relation entre la société politique avec toutes ses franges et la société dans sa globalité et plus spécialement celle des profondeurs.

Cette question peut nous renvoyer au paysage des prochaines élections municipales puisque plusieurs indicateurs présagent la possibilité d’une participation assez réduite.

A travers les débuts des campagnes électorales il paraît que les partis au pouvoir tendent à préserver le même paysage politique à travers l’assurance de la similitude des taux de participation aux élections législatives sans compter les nouveaux électeurs qui seraient susceptibles de changer le paysage politique.

  • Ce mois d’avril a connu la tenue d’un congrès autour des grandes reformes initiées par le gouvernement et que plusieurs partis politiques – ainsi que l’UGTT – ont boycotté. Hormis le manque de couverture médiatique, les résultats de ce congrès sont globalement restés dans les coulisses et sont vite passés aux oubliettes aussi bien du côté des instances étatiques que du côté des médias.

Plusieurs interrogations autour de cette rencontre et des mesures à prendre de la part des instances gouvernementales demeurent absentes.

  • Comme cité précédemment, la campagne électorale a débuté et plusieurs indicateurs présagent que :
    • Le nombre de listes électorales serait autour de 2 074 dont 1 055 listes partisanes et 159 listes communes ;
    • Les centres d’élection seraient de 4 000 et les bureaux électoraux seraient au nombre de 11 185 ;
    • Le nombre de sièges serait de 7 177 dans 350 municipalités ;
    • Le nombre d’observateurs atteindrait les 80 000 ;
    • Le nombre de jeunes candidats est important, le pourcentage des femmes serait de 30,33% et le taux de candidats âgés serait de l’ordre de 4,41% ;
    • 359 registres électoraux ont été mis à la disposition des sécuritaires et militaires avec une participation très limitée et de l’ordre de 13% sachant que le syndicat des sécuritaires ont appelé au boycott.

Français

Télécharger

Arabe

Télécharger

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

*