Pollution à Gabes: lutte pour le droit à une vie digne

0
1207

Des dizaines de militants se sont réunis devant le théâtre municipal de Tunis ce mercredi 17 mars pour protester contre les pollutions et crimes environnementaux qui se multiplient à Gabès. Samedi 13 mars, 6 personnes ont perdu la vie en raison de l’explosion d’une citerne d’asphalte. Cette catastrophe n’est pas un événement isolé. En effet, les activités du Groupe chimique tunisien tuent les habitants de la région à petit feu : cancers, insuffisances respiratoires, infertilité, handicap, etc. Déterminée à lutter contre ces crimes et violations récurrentes du droit à un environnement sain, la société civile se mobilise. En réaction aux accidents industriels, des manifestations de colère se sont organisées à Gabès et à Tunis. Si certains demandent le transfert du groupement industriel hors de la zone urbaine, d’autres s’expriment pour sa fermeture totale. Quoi qu’il en soit, tous ont en commun la protection du vivant, humain ou non-humain, comme principale revendication.

Seule oasis littorale du monde, Gabès regorgeait auparavant de ressources en eau et de terres fertiles. Dorénavant, et ce depuis l’installation du Groupe chimique en 1974, un grand nombre de nappes phréatiques a été tari, des parcelles de terres entières sont devenues inexploitables, les ressources halieutiques sont en voie d’épuisement, affectant ainsi directement le quotidien des agriculteurs et des pêcheurs qui voient disparaître leur principale source de revenus.

Un autre appel à rassemblement a été lancé par les militants de #StopPollution, qui se sont réunis devant le siège social du Groupe chimique tunisien ce jeudi 18 mars aux alentours de 16h pour faire pression sur le groupement industriel.

Le Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux réaffirme son soutien aux manifestants ainsi qu’aux habitants de Gabès dans leur lutte pour le droit à une vie digne et contre l’impunité dont bénéficie le Groupe chimique.

Le FTDES demande :

– La publication en toute transparence des études d’impact environnemental des activités du groupe ainsi que leur cahier des charges

– La mise en place de missions de contrôle régulières sur les gaz toxiques rejetés, le déversement des eaux usées ainsi que l’état de la biodiversité environnante

– La prise de responsabilité du ministère de l’Industrie, qui devrait être chargé de la mise en œuvre de ces contrôles

– Le dépassement du caractère non-contraignant du droit tunisien relatif à la responsabilité sociétale des entreprises. Dans cette dynamique, le FTDES mène une campagne de plaidoyer dans le but d’appuyer le processus d’application des lois tunisiennes relatives à la protection de l’environnement.

Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux

 

Sit in du 18 mars
Sit in du 17 mars

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

*