Violence croissante dans la famille : les femmes de Gafsa sont victimes !

0
131

Violence croissante dans la famille : les femmes de Gafsa sont victimes !

Par Rihab Mabrouki

“La non-violence est la plus grande puissance dans la main de l’humanité, et elle est plus forte que les armes de destruction les plus puissantes inventées par l’esprit humain.” Ainsi, le Mahatma Gandhi a exprimé le pouvoir de la non-violence pour atteindre la paix et la sécurité pour divers segments de la société. En Tunisie et dans le gouvernorat du Gafsa, le phénomène de violence domestique ou familiale, auquel les femmes et les enfants sont souvent soumis, menace la sécurité et la structure de la famille et de la société, ce phénomène reflète la situation d’exclusion économique et sociale que ces catégories connaissent dans leur continuité, s’approfondissant et aboutissant à des phénomènes, une marginalisation extrême et de lourdes conséquences pour cette catégorie de la société. L’UNICEF estime que plus de 80% des enfants en Tunisie sont victimes de violences au sein de leur famille[1] et d’après les statistiques fournies par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) “sur trois femmes dans le monde, au moins une d’entre elles est battue ou contrainte à des rapports sexuels ou à d’autres formes d’abus.[2]

“La violence contre les enfants[3]

Législation contradictoire

Il y a plus d’un demi-siècle, les femmes en Tunisie se trouvaient au cœur d’une longue bataille pour établir leur droit à l’égalité et à la liberté de la violence. Une bataille de contradiction suffisante entre les dispositions législatives, les lois, la Constitution et les conventions et traités universels auxquels la Tunisie a adhéré , dont la plus importante est la Convention universelle de CEDAW sur l’abrogation de toutes les formes de discriminations à l’égard des femmes, considérant que la violence est la forme la plus grave de discrimination à l’égard des femmes. Par ailleurs, leur réalité imposées par les normes sociales, les coutumes et la culture de coexistence avec la violence au sein de la sphère sociale dans laquelle elles vivent fait de la violence à l’égard des femmes un impératif et les femmes doivent normaliser avec ces pratiques afin d’assurer la pérennité de leur mariage ou pour préserver leur « stabilité familiale ».

Le gouvernorat du Gafsa dans le Sud-Ouest de la Tunisie vit sous l’emprise de ce phénomène, qui bien qu’il soit alarmant continue de croitre et dont la majorité des femmes, qui sont victimes de violences elles-mêmes où leurs enfants, préfèrent garder le silence et ne pas se présenter auprès des unités de sécurité ou devant la justice pour se rendre justice et arracher leurs droits garantis par la constitution. Cela a été relié par la chercheuse et sociologue Rahma Ben Slimen aux lois dissuasives, qui semblent être relativement limitées à prévenir et à réduire divers types de violences, selon ses propres termes de telle sorte que les femmes cherchent souvent à justifier la violence dont elles sont victimes. Elle a souligné qu’il y avait beaucoup de femmes qui considéraient que ce comportement, tant qu’il venait du mari, frère ou père, ne pouvait pas être condamné, elles disent “c’est mon mari, mon support et le père de mes enfants.” Ou « il me frappe et il me défend » ou également « après tout ce n’est que mon mari » . La plupart de ces représentations proviennent du système culturel sous la forme de nombreux exemples populaires, qui ont tous été transmis par le processus de socialisation de l’enfant  allant de l’institution familiale jusqu’à l’école, sachant que c’est à ce stade particulier que se prépare le processus de construction de la personnalité de l’enfant, de perfectionnement et de découverte de son identité.

La violence domestique dans le gouvernorat du Gafsa: un phénomène dangereux et persistant

Tuer un être humain sans crime, mutiler un être humain et lui faire beaucoup de mal, faire souffrir quelqu’un d’une douleur terrible et irréparable. C’est de la violence, c’est l’infraction criminelle dont parlent les lois, les textes constitutionnels, les chartes et les conventions internationales. Ceci a été défini par les Droits de l’Homme comme “l’utilisation intentionnelle ou menaçante de la force physique contre une personne, un groupe ou une société entraînant ou risquant d’entraîner des blessures, la mort, un préjudice moral ou une déficience du développement et de la privation. Cela comprend toute une gamme d’actes, de déclarations ou de comportements allant de la violence, de l’insulte et de l’humiliation, y compris la violence psychologique, symbolique, sexuelle et économique en passant par la privation de revenu’’.

En dépit du fait que les dispositions du code du statut personnel ont reçu l’approbation nationale et mondiale, depuis sa promulgation, les impressions et les appréciations prisées ont prévalu et ont souligné que la culture des droits intégraux des femmes a été établie et que leur droit de vivre en tant que citoyen(ne)s éga(les)ux n’a pas été compromis, statut qui leur a été accordé par la Constitution du pays. Cependant, cela n’a pas empêché le phénomène croissant de la violence, dont les formes varient à mesure que leurs déterminants sociaux et culturels changent.

la violence contre les femmes[4]

Exemples de la réalité

Rafika, la femme de 30 ans, de la ville de Redeyef, l’une des villes minières dans le gouvernorat de Gafsa, aux yeux larmoyants et à la voix enrouée, nous a raconté les détails de la souffrance qu’elle vivait avec son mari. elle était quotidiennement victime de violences sous diverses formes, tant physiques que morales et cela l’a amenée à se séparer et à fuir sa réalité vers la maison de ses parents décédés  avec ses enfants. Rafika est l’une des milliers de femmes de ces régions qui subissent quotidiennement la violence de leurs maris, pères ou frères, mais qui préfèrent garder le silence et ne pas se tourner vers les structures légalement chargées de les protéger de cette forme discriminatoire. L’un des cas où l’opinion publique a été ébranlée est celui d’une jeune fille, âgée de 08 ans, qui vit avec sa belle-mère et qui a été soumise à toutes les formes de violences et de torture.

Interprétation sociologique du phénomène

Il ne fait aucun doute que le phénomène croissant de la violence faite aux femmes a ses causes, ses facteurs et ses implications sociétales et ne peut être compris isolément du contexte social, culturel et économique de la société, qui connaît une augmentation de l’incidence de la violence. Dans ce contexte, la sociologue Rahma Ben Sliman affirme que « Le phénomène croissant de violence dans cette région particulière de la République (Moulares dans le gouvernorat de Gafsa) caractérisé par des spécificités locales et culturelles conservatrices dans la mesure où les femmes, de manière consciente ou inconsciente, acceptent la violence qu’elles subissent dans l’espace public et, même si elles refusent, elles devront être silencieuses et discrètes pour ne pas être condamnées par la société et par des hommes proches d’elles ». Notre interviewée a considéré que cela “nous ramène à un cercle de violence, de soumission, et nous fait comprendre que les hommes, à travers les différentes images mentales qui ressortent dans leur comportement, leurs actions et leurs réactions à la violence contre les femmes dans l’espace public, ainsi que dans le privé, sont à la recherche d’une légitimation morale pour la violence et le renvoi des causes de la violence aux vêtements et comportements des femmes, en essayant de les condamner et de les tenir responsables même lorsqu’ils sont victimes de harcèlement ou de viol, en faisant l’impasse délibérément sur le fait que toutes les femmes, avec leurs orientations différentes, sont quotidiennement exposées à des agressions sexuelles et des violations de toutes sortes. ».

Cela confirme le stéréotype dominant de la femme en tant que femme, indépendamment de son apparence dans l’espace public ou privé. Cela nous amène à souligner le rôle de la socialisation et de la composante éducative dans la détermination de l’image des femmes dans la société.

Ben Slimane a fait valoir que la solution réside dans une relecture d’un processus de sensibilisation stratégique qui permettrait de sensibiliser à la gravité de la violence à l’égard des femmes et d’attirer l’attention sur la question de l’exclusion de la violence et de sa justification en particulier, en examinant les diverses méthodes de socialisation initiale, notamment pour réduire la justification de diverses formes de violences à l’égard des femmes dans différents espaces publics et privés, y compris le symbolisme ,physique, sexuel et moral, et d’essayer de changer le stéréotype dans la mesure du partage des rôles au sein de la famille et de la société et de réduire les distorsions permanentes entre ce qui est imposé par la loi et ce qui est exigé par le système socioculturel hérité.

Le phénomène de violence se poursuit, malgré le fait que les associations de lutte contre la violence ont cherché à le réduire. Nahla Akremi l’activiste dans la société civile a souligné que la peur de la réaction sociale est la cause immédiate de la montée de la violence, qui a parfois été considérée comme un meurtre. Elle affirme que le gouvernorat de Gafsa est classé premier en 2018 en matière d’engagement envers les femmes victimes de violences.

Appel à la fin de la violence

La défense des droits des femmes et la poursuite de leur droit légitime à une vie sûre et exempte de toute forme de discrimination, d’exclusion et de répression sont au cœur des principes du Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux. Bien que la fréquence croissante de la violence à l’égard des femmes au sein de la famille soit une indication de la gravité de ce phénomène, l’appel de notre organisme pour l’application des lois et la mise en œuvre de conventions protégeant les droits des femmes sans oublier la sensibilisation, en particulier la sensibilisation des femmes à leurs droits et leur encouragement à aller devant la justice continuent d’être renouvelé tant que l’écart entre la législation et la réalité demeure grand. Le faible niveau de sensibilisation des femmes à Gafsa à l’importance et à la gravité de ce problème est l’une des raisons de l’augmentation et de la propagation de ce phénomène.

[1] https://www.rayaljadid.com/2019/10/17/

[2] https://annabaa.org/nbanews/67/208.htm

[3] https://www.google.com/search?q

[4] https://www.ohchr.org/ar/professionalinterest/pages/cedaw.aspx

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

*