Appel contre l'expulsion des réfugies du camp Choucha

    0
    373

    Pour le HCR, l’OIM, la Croix-Rouge tunisienne, le gouvernement tunisien et tous les acteurs impliqués dans la gestion du camp de Choucha,

    Alertés par le préavis d’expulsion donné par l’OIM et la Croix-Rouge en Tunisie aux personnes qui vivent encore dans le camp de refugiés de Choucha, nous, chercheurs, militants, universitaires et membres d’organisations des droits de l’Homme d’Europe et de Tunisie, dénonçons le traitement intolérable réservé aux réfugiés qui vivent dans ce camp depuis 2011. Les acteurs humanitaires ont laissé ces réfugiés sans aucun soutien dans des conditions de vie très dégradées dans le désert après la fermeture officielle du camp en Juin 2013. Depuis, la plupart d’entre eux ont tenté de traverser la mer au péril de leur vie et certains sont morts au cours de ces tentatives. Ce comportement est contraire aux lignes directrices de fermeture des camps de refugiés du HCR qui affirment l’importance de protéger la population réfugiée qui reste sur place.

    Maintenant, au lieu de réfléchir et de mettre en oeuvre une solution durable, vous essayez de les chasser du seul endroit qu’ils ont pour vivre, sans prendre en compte la précarité de leur statut juridique, les réfugiés et les réfugiés rejetés n’ayant pas reçu de permis de séjour dans ce pays.
    Devant une telle situation, vous leur suggérez de se réinstaller dans d’autres villes tunisiennes, mais quel type d’intégration envisagez-vous pour des personnes auxquelles a été refusée la protection internationale par le HCR et qui sont maintenant en situation irrégulière en Tunisie?
    Vous les avez aussi encouragés à retourner dans leur pays d’origine, comme si c’était par plaisir qu’ils s’étaient déplacés d’abord en Lybie puis en Tunisie. Au contraire plusieurs entre eux sont nés en Libye ou dans le camp de Choucha et ils n’ont jamais vu leur soi-disant « pays d’origine », d’autres risquent en rentrant la persécution politique. En outre, le montant ridicule d’argent offert par l’OIM pour le «retour volontaire» est un affront pour ceux qui ont passé des années en Libye et dont la vie a été détruite par la guerre.
    Une troisième issue inévitable dont vous n’avez pas le courage de parler explicitement, est en dernier recours de prendre un bateau et traverser la Méditerranée: en les illegalisant en Tunisie et en leur enlevant le seul endroit qu’ils ont pour vivre, vous ne leur laissez d’autre voie que de risquer de mourir en mer.
    Par cette déclaration, nous demandons à l’Union Européenne de réinstaller en Europe, toutes les personnes abandonnées au camp de réfugiés de Choucha et nous vous informons que nous n’allons pas laisser ces personnes seules dans leur lutte.

    Nous témoignerons de vos actions. Ce que vous êtes en train de faire à la sauvette ou comme si c’était une mesure banale, nous nous y opposerons par tous les moyens. En laissant ces gens dans le désert pendant des années et, maintenant, en essayant de les expulser, vous laissez apparaitre les contradictions et les échecs de la politique européenne d’externalisation de l’asile. Ces personnes ont vécu dans le désert dans une zone dangereuse près de la frontière de Ras Jadir depuis 2011, alors que la Libye vit une crise politique qui empire de jour en jour. Comment pouvez-vous dire que ces gens n’ont pas besoin d’aide humanitaire? Plusieurs d’entre eux sont malades, vieux, ou mères avec enfants. Au moins pour les personnes plus vulnérables il doit y avoir une solution !
    Nous ne disons pas que Choucha est la solution pour eux: un camp n’est jamais une solution car il s’agit d’un système de confinement de la mobilité des personnes. Cependant, aujourd’hui, Choucha n’est plus un camp, il est le seul espace où ces personnes peuvent rester, et il est l’espace dans lequel ils luttent pour réclamer leur réinstallation dans des pays tiers. Ils ne sont pas là parce qu’ils veulent s’y installer, mais parce que leur présence dans le camp est une forme de lutte politique collective, et vous avez essayé de dompter cette résistance depuis le début. Reconnaissant le travail que vous avez tous fait à la suite de la crise libyenne, nous croyons fermement que vous pouvez travailler pour trouver une solution concrète pour les personnes qui vivent encore dans le camp de Choucha et qui sont incapables de retourner dans leurs pays de provenance. Ces personnes luttent pour survivre depuis plus de trois ans maintenant. Nous allons continuer à soutenir leur lutte et à contrer la stratégie d’abandon et de criminalisation de ces personnes, et nous suivrons de près les étapes à venir, demandant fermement au HCR et à l’Union Européenne:

    a) La réinstallation des personnes du camp de Choucha dans un pays tiers sûr et l’octroi à tous d’une protection humanitaire en tant que personnes qui ont fui la guerre en Libye, soutenue par les Etats européens ;
    b) De réexaminer leur dossiers de demande d’asile compte tenu de la situation géopolitique actuelle à la frontière tuniso-libyenne ;
    c) D’accorder à toutes les personnes de Choucha une possibilité concrète de construire leur vie dans un lieu sûr et de régulariser immédiatement leur statut juridique en Tunisie ;
    d) De ne pas expulser le camp et de permettre aux gens de Choucha de rejoindre les pays européen avec des systemes d’asile effectif de façon sûre et légale.

    Pour signer cet appel, SVP écrivez à:
    Martina Tazzioli, martinatazzioli@yahoo.it
    Glenda Garelli, glenda.garelli@gmail.com

    Emhrn Remdh Forum Tunisien pour les Droits Economiques et SociauxCentre de Tunis pour la Migration et l’Asile مركز تونس للهجرة و اللجوء Human Rights Watch UGTT – الاتحاد العام التونسي للشغل – (page officielle)Citoyensdesdeuxrives Ftcr L.T.D.H Ligue Tunisienne Pour la Défense des Droits de l’Homme ATFD الجمعية التونسية للنساء الديمقراطيات

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    S'il vous plaît entrer votre nom ici

    *