La série d’incendies récurrents chaque été se poursuit : une politique qui marginalise le secteur forestier et ne prévient pas les catastrophes !

0
1783
Crédit photo Rania Mechrgui
Crédit photo Rania Mechrgui

Tunis, le 25 juillet 2023 

La série d’incendies récurrents chaque été se poursuit 

Une politique qui marginalise le secteur forestier et ne prévient pas les catastrophes ! 

Plusieurs régions du pays connaissent une vague d’incendies depuis hier, certains d’entre eux se poursuivent jusqu’aujourd’hui. Ces incendies sont dus aux températures élevées exceptionnelles, dépassant les 50 degrés dans certaines régions, notamment celles du centre et du nord-ouest. Actuellement, les flammes font rage à Nefza dans le gouvernorat de Béja, où une personne est décédée. Des incendies ont également touché le mont Semmama dans le gouvernorat du Kasserine, la délégation d’El Krib dans le gouvernorat de Siliana, et le mont Zaghdoud dans le gouvernorat de Kairouan. Le plus grave de ces incendies est celui de la forêt de Malloula dans la délégation de Tabarka, qui a débuté le 18 juillet et a détruit près de 500 hectares de forêt. Il a repris le 24 juillet, menaçant des habitations et contraignant environ 100 résidents à être évacués vers des centres d’accueil. 

Malgré la convergence des efforts déployés par les agents forestiers, les pompiers, l’armée et la garde nationale, la maîtrise des incendies, l’arrêt de la propagation, le sauvetage des vies et la préservation des bâtiments et des biens privés, demeurent extrêmement difficiles, en raison de plusieurs facteurs tels que le vent et la topographie. 

Il convient de mentionner que depuis le mois de janvier jusqu’au 18 juillet 2023, 78 incendies ont été enregistrés, soit la moitié du nombre enregistré à la même période en 2022. Les pluies des mois de mai et de juin ont probablement contribué à atténuer l’intensité des incendies. 

Face à la répétition du scénario d’incapacité à maîtriser les incendies et aux pertes de la richesse forestière, qu’elle soit végétale ou animale, ainsi qu’à la réduction de la biodiversité, notamment les espèces protégées comme le mouflon à manchettes dans la réserve naturelle de Oued Zen à Aïn Draham, où les efforts se poursuivent actuellement pour maîtriser un incendie, le Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux veut: 

Attirer l’attention sur la nécessité de faire face à la récurrence des phénomènes climatiques en mettant en place des politiques d’adaptation efficaces et en fournissant les ressources humaines et logistiques nécessaires pour ceux qui sont en première ligne afin de faire face à ces défis. 

Réitérer sa préoccupation quant au manque de personnel parmi les agents forestiers, en raison du départ à la retraite de nombreux d’entre eux, ainsi que de leur manque de formation logistique pour conduire les camions lourds et pour tout ce qui est requis lors de l’intervention en cas d’incendie. 

Adresser ses salutations et ses remerciements pour les efforts des agents de diverses branches intervenant dans cette situation, tout en appelant les autorités à s’engager activement dans la réhabilitation du secteur forestier, notamment en élaborant une stratégie préventive qui comprend la maintenance des zones coupe-feu et la surveillance continue des zones à risque à l’aide de satellites. Cette stratégie vise à permettre une intervention rapide et à gagner plus de temps avant que les incendies ne s’étendent. 

Insister sur la nécessité d’ouvrir une enquête pour déterminer les responsabilités, étant donné que la possibilité d’incendies provoqués n’est pas exclue. De plus, il convient de souligner également l’importance de ne pas recourir aux politiques d’impunité à l’égard de ceux qui sont directement responsables de l’incendie ou qui ont profité de l’incendie pour s’approprier des terres du domaine public, pour modifier leur vocation ou pour voler les arbres brûlés. 

Le département de la Justice Environnementale du Forum Tunisien pour les Droits Economiques et Sociaux.