L’engagement féministe en Tunisie : dynamique d’une maturité

0
240

Latifa Lakhdhar
Professeure d’histoire contemporaine
Ancienne ministre de la Culture
Lina ben M’henni est décédée le 27 janvier de cette année 2020. L’initiatrice de Tunisian girl, un blog1 largement et même universellement suivi, était consacrée icône de la révolution par une partie importante de l’opinion publique tunisienne, surtout celle parmi les jeunes. Et pour cause, la présence active et militante de Lina ben M’Henni a régné durant toutes les phases et à travers toutes les péripéties de cette révolution, où que cela s’était passé, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Militante infatigable malgré une santé trop fragile, elle s’est engagée avec acharnement et persévérance contre toute sorte de préjugés, toute forme d’inégalités et d’injustice, contre les défaillances et les abus de l’Etat, contre la misogynie et le patriarcat. Sa vie de meneuse de combat a, de la sorte, fait que sa mort n’a laissé personne dans l’indifférence, d’autant que ses compagnes et compagnons de lutte ainsi que son entourage familial et amical avaient, tous ensemble, tenu à lui réserver des funérailles à la hauteur de ce qu’était sa vie. Une vie caractérisée par un courage rare, sans concession, celui de la subversion et d’une volonté ferme d’aller jusqu’au bout des choses.

Télécharger (PDF, 498KB)

 

 

Le Cahier

Télécharger (PDF, 2.06Mo)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

*