Rapport: Pas de justice sociale sans justice environnementale

0
330

« Pas de justice sociale sans justice environnementale »

Retour sur le Forum pour une Justice environnementale en Tunisie 2017 (rapport)

Après la rencontre des mouvements sociaux à l’Université d’été, l’idée d’organiser un Forum pour une Justice Environnementale en Tunisie (FJET17) s’est concrétisée (voir rapport en toute fin de l’article). C’est le 4ème forum social sur l’environnement organisé par le FTDES, et il fait notamment suite aux travaux des mouvements socio-environnementaux engagés lors du Congrès national des mouvements sociaux en mars 2017. A cette occasion, avait été adoptée une déclaration retraçant leurs constats, les valeurs et les revendications ayant vocation à fonder et construire les solidarités et à guider une lutte commune :

A cette occasion, nous avons proposé une nouvelle vision, et la mise en oeuvre d’une méthodologie plus participative que les formats « conférence-débat ». En effet, un appel à proposition a été envoyé aux mouvements environnementaux de toutes les régions de la Tunisie afin que le programme du FJET17 corresponde au mieux à leur attentes. Le Forum pour une Justice Environnementale en Tunisie (FJET17)     a cherché à réunir une diversité d’acteurs de la société civile (universitaires, avocats, médecins, associatifs, syndicalistes, etc.) avec des militants qui mènent des luttes environnementales au quotidien afin de mieux comprendre les injustices telles qu’elles sont vécues localement et comment elles sont combattues. Les échanges ont aboutis à de nombreuses recommandations d’actions qui pourront être lancées/portées/coordonnées à l’avenir par les différents participants au Forum.

[Lien du programme détaillé] https://ftdes.net/rapports/frprogramme.pdf

Avant l’ouverture du forum, le FTDES a tenu à rendre un hommage à Nader Chkiwa. Nader est le président de l’association de protection des oasis de Chott El Salam (Gabès). Il était l’un des leaders des mouvements environnementaux de Gabès. Le 8 Août 2017, Nader nous a quittés. Zoé Vernin du FTDES et Khaireddine Debaya du mouvement STOP POLLUTION ont dit un mot en sa mémoire avant de montrer un reportage filmé par Nawaat.org

> mettre directement le lien de la vidéo : https://nawaat.org/portail/2017/08/08/%D8%A7%D9%84%D9%85%D9%86%D8%A7%D8%B6%D9%84-%D8%A7%D9%84%D8%A8%D9%8A%D8%A6%D9%8A-%D9%86%D8%A7%D8%AF%D8%B1-%D8%B4%D9%83%D9%8A%D9%88%D8%A9%D8%8C-%D8%B1%D8%AD%D9%84-%D8%AF%D9%88%D9%86-%D8%A3%D9%86-%D9%8A/

Après les mots d’ouverture par le président du FTDES, le représentant de FES et le directeur général de l’UGTT de Mahdia, une série d’intervention ont suivi.

Abdeljabbar Reguigui, de la section locale de l’UGTT de Gabès, a exposé ses réflexions sur les liens entre les droits humains, le modèle de développement et les injustices environnementales. Selon lui, « Parmi les illusions que les autorités entretiennent, il y a l’idée que la prise en compte de l’environnement n’est pas efficient économiquement »

[VIDEO ABDELJAHBAR] (DONE) https://www.youtube.com/watch?v=pqONAxa1UcY&t=2s

Ensuite, la parole a été donnée  aux mouvements environnementaux des différentes régions. Rabeh Ben Othman de Redeyef, Abdelhamid Hessairi de Sfax, Salah Krifa de Kalâa Sghira et Mounir Houssine du Monastir et Haifa Bedoui de Gabès, ont évoqué des problèmes comme la pollution, l’approvisionnement en eau potable, la gestion des déchets et des décharges,etc. Egalement, ces témoignages ont été interactifs, les participants du forum ont posé des questions par rapport aux interventions et ils ont enrichi le contenu.

[Vidéo des interventions] https://www.youtube.com/watch?v=QFpAPgilIRk&t=1s

Enfin, le film  « Khnagtouna » (Vous nous avez étouffés ) de Zied Hadded a été projeté pendant la première soirée. Ce film documentaire a fait l’objetd’un débat entre les spectateurs sur la lutte contre les décharges à Djerba. Les discussions ont été fructueuses, et a notamment émergé une proposition : recourir le plus possible aux supports vidéo pour sensibiliser largement sur les luttes menées dans les territoire et pour aussi vulgariser certaines problématiques environnementales.

Deuxième journée : Les ateliers

La 2ème journée du forum a été consacrée aux ateliers. Le matin, trois ateliers axés sur la défense des droits ont eu lieu en parallèle avec des intervenants spécialistes du terrain et d’autres participants qui ont pu témoigner et exposer des besoins selon les problématiques régionales.

Ces ateliers sont :

  • Le droit à l’eau : Cet atelier traite des enjeux relatifs à la disponibilité de l’eau potable et de l’eau agricole ainsi que sa qualité. Il a pour objectif de faire l’état des lieux des différents problèmes des régions, la formulation de quelques positions communes et la définition d’un plan de travail.
  • Le droit à un environnement sain : Cet atelier a appréhendé la relation entre la pollution et les dangers sanitaires vécus par les citoyens et les travailleurs. Il aspirait à faire l’état des lieux de ces problèmes, discuter des contraintes du secteur de la santé et proposer des actions de coordination entre les citoyens, les organisations et notamment les professionnels de santé.
  • Le droit à un développement durable : Dans cet atelier, les travaux ont abordé la relation « environnement – développement – emploi ». Cet atelier a eu vocation à identifier les menaces sur l’emploi qui ont des causes environnementales, définir les pistes où il y a une tension entre l’environnement et l’emploi afin de trouver des solutions, et proposer des recommandations de travail pour lier la question environnementale à la question de l’emploi.

Une coordination plus solide entre tous les mouvements s’avère pour beaucoup nécessaire afin d’unifier la lutte et considérer d’autre moyens d’attaquer les différentes problématiques.

La séance de l’après-midi a suivi la même démarche avec 3 autres ateliers sur les enjeux stratégiques des luttes.

  • L’interpellation du politique et des services publics : Cet atelier a initié une réflexion sur les techniques de dialogue, de négociation et de plaidoyer avec les autorités et les services publics. Le but a été d’évaluer l’état actuel des outils de lutte et leurs impacts sur la relation avec les autorités, analyser les décisions de l’Etat avec les mouvements et proposer des actions de soutien entre les mouvements.
  • Droit à l’information et rôle de l’expertise : Les travaux de cet atelier se sont intéressés aux problématiques d’accès et d’utilisation des informations. Il a permis d’identifier les contraintes de l’accès à l’information ainsi que de proposer des actions qui facilitent cet accès, mais aussi l’utilisation des données.
  • Enjeux juridiques : L’arsenal juridique tunisien ne manque pas de lois qui protègent l’environnement. Cet atelier a eut pour but d’identifier les problèmes juridiques relatifs à la protection de l’environnement et de proposer des outils utiles pour les actions de soutien lors des procès contre les mouvements, mais aussi d’envisager des recours judiciaires sur les problèmes d’eau et de pollution.

Les propositions ont été riches. Certaines recommandations ont particulièrement retenu l’attention du FTDES qui aimerait à l’avenir lancer, contribuer ou soutenir les actions suivantes :

  • Améliorer les conditions d’enquête citoyenne sur la santé environnementale
  • Elaborer une guide sur l’hépatite A et maladies liées à l’eau pour notamment informer sur les différentes responsabilités des autorités
  • Elaborer un guide sur les institutions compétentes relatives à l’environnement
  • Etudier et mettre en lumière les liens entre les problématiques sanitaires-environnementaux et leurs impacts économiques.
  • Mettre en place de mécanismes d’appui des avocats aux luttes environnementales, et déposer des recours en justice sur les problèmes de l’eau et des pollutions
  • Continuer à offrir des cadres favorables de rencontres et d’échanges à la coordination des mouvements socio-environnementaux
  • Défendre par tous les moyens l’accès à l’information, un droit fondamental et une condition indispensable aux actions de sensibilisation et de plaidoyer
  • Former des activistes à l’outil-vidéo

Pendant la soirée, il y eu une autre séance de projection. Plusieurs vidéos-reportages, documentaires et animations sur diverses problématiques environnementales ont été visionnés. Cette sélection a été préparée par Jihed Ben Slimen de la Fédération Tunisienne des Cinéastes Amateurs. Le débat, comme son précédent, a été constructif et l’un des participants a proposé une caravane qui projette des films dans les rues des différentes régions. De plus, il a été proposé que des formations à l’outil vidéo soient dispensées aux activistes.

Troisième journée : La restitution des ateliers

La dernière séance plénière de ce forum a été animée par Sofien Bouajila qui a proposé une méthodologie de restitution et d’échanges entre ateliers. Chaque atelier a désigné un représentant qui exposent les recommandations à l’assemblée plénière afin que les autres participants puissent commenter et enrichir les travaux des ateliers auxquels ils n’ont pas participé. Toutes les recommandations ont été remises en considération et des intersections entre les ateliers ont été établies.

Ce forum a été une occasion pour réunir les mouvements environnementaux tunisiens afin de coordonner entre eux dans leur lutte contre une multitude de problème auxquels ils font face. L’espoir, maintenant, est dans la concrétisation des travaux de ce forum et de ses recommandations.

Rapport :

français

Télécharger (PDF, 1.53MB)

version arabe

Télécharger (PDF, 1.42MB)

Programme détaillé :

français

Télécharger (PDF, 1.02MB)

arabe

Télécharger (PDF, Inconnu)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

*