Rapport: Les migrans disparus en mer en 2011

0
708

Les migrants disparus en mer en 2011
Rapport du Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux Septembre 2012
L’émigration depuis la Tunisie vers l’Europe touche tous les milieux de la société tunisienne. La Tunisie constitue, avec la Turquie, l’un des points de départ les plus importants pour entrer en Europe. Selon l’agence européenne de contrôle des frontières (Frontex), 64 261 personnes ont traversé le canal de Sicile par la mer en 20111 dont 27 864 Tunisiens partis de différents points des 1300 km de côtes tunisiennes (notamment des environs de Zarzis, Sfax et Monastir). D’après nos estimations, jusqu’à 40 000 Tunisiens auraient franchi le canal de Sicile vers l’Italie durant l’année 2011, sans que des données statistiques permettent aujourd’hui de vérifier ce chiffre. Durant cette même année 2011, plus de 1500 personnes sont mortes ou ont disparu en mer, certaines sources parlent même de plus de 2000 morts et disparus3. Parmi eux, le nombre de Tunisiens serait de 10004, selon le Forum Tunisien pour les Droits Économiques et Sociaux (FTDES).

Les familles de ces derniers se sont mobilisées, ont manifesté et pour certaines porté plainte, pour que toute la lumière soit faite par les autorités tunisiennes et européennes sur ces disparitions. Il s’agit de faire prendre au gouvernement tunisien ses responsabilités en terme de transparence vis-à-vis de personnes disparues, ainsi que sa responsabilité en terme de justice et de réparations pour les personnes retrouvées mortes. Alors que nous rédigeons ce rapport, aucune preuve tangible n’a été fournie concernant le sort des personnes déclarées disparues.

L’accompagnement des familles des disparus en mer constitue la principale activité du FTDES concernant les migrations. Notre soutien au combat des familles n’est pas seulement une lutte pour la dignité des personnes. Il constitue également une remise en cause du système de répression des migrants aux frontières de l’Union Européenne. Les personnes parties par la mer au péril de leur vie, et dont nous sommes sans nouvelles, sont les victimes d’une politique européenne de refus des visas, d’enfermement et d’expulsion des migrants, doublée d’un contrôle de plus en plus étroit des frontières terrestres et maritimes. Aux côtés des familles de disparus, nous luttons aussi pour que la Tunisie d’aujourd’hui cesse d’être complice de cette politique, comme elle l’a pu l’être durant l’ère du président Ben Ali.

Ce rapport rassemble les données disponibles sur la question et tire le bilan des activités du FTDES durant l’année 2011-2012. Le FTDES souhaite que se document soit une source d’informations pour la société civile tunisienne et internationale, afin de faire connaître la situation des morts et disparus. Nous souhaitons également montrer la nécessité de la transparence des autorités sur cette question. Les informations nécessaires à la rédaction de ce rapport ont été récoltées à travers des enquêtes de terrain ainsi qu’à travers le suivi d’une partie des familles de disparus. Les références aux communiqués du FTDES – et certains communiqués d’autres organisations – ainsi que des articles parus dans la presse tunisienne et internationale qui traitent du sujet sont situés en fin de ce rapport.

Télécharger (PDF, 32.15MB)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

*