Marginalisation et effondrement de l’école publique en Tunisie : Avons-nous fait face à une éducation de classe qui consacre l’inégalité entre les enfants de différentes classes sociales?

0
3271

Marginalisation et effondrement de l’école publique en Tunisie :

Avons-nous fait face à une éducation de classe qui consacre l’inégalité entre les enfants de différentes classes sociales?

 Par Rihab Mabrouki

Les dernières semaines ont été le théâtre de discussions et de négociations intensives sur les conditions entourant le retour à l’école. quelques jours se sont écoulés depuis que les élèves ont regagné les bancs de l’école, avant que de nombreux parents aient été interpellés et que des protestations aient été engagées pour exiger que certaines écoles primaires soient améliorées et préparées à répondre aux besoins les plus fondamentaux de l’élève dans le cadre de son éducation. Les activistes ont également partagé des images sur le site des médias sociaux montrant l’effondrement des plafonds de certaines écoles publiques, l’absence de cadre éducatif, de transport pour des milliers d’élèves vivant dans les zones rurales et le manque d’eau potable dans de nombreux établissements d’enseignement. Ces conditions créent un environnement propice à la propagation rapide du virus en raison de l’absence de moyens de prévention basés sur l’eau allant à l’encontre des mesures et actions préventives du gouvernement toujours en cours pour faire face à l’épidémie. Dans de nombreuses régions, les parents ont été tentés à boycotter les retours à l’école, d’autant plus que la crainte d’une propagation de la pandémie persiste malgré l’amélioration marquante observée au cours de la période passée.

Des écoles primaires sans eau !

En octobre 2020, le ministre de l’Éducation Fathi Slawti a déclaré qu’il y avait 1415 écoles primaires en Tunisie qui n’étaient pas connectées au réseau de la Société nationale d’exploitation et de distribution de l’eau. 461 établissements d’enseignement connaissent des problèmes et des perturbations dans l’approvisionnement en eau.  Dans le seul gouvernorat du Kairouan, sur les 313 écoles primaires de l’année scolaire 2018/2019, 175 n’ont pas eu accès à l’eau, selon un communiqué publié par le Forum Tunisien. On s’attend à ce que les chiffres augmentent, surtout à la lumière des querelles politiques dans le pays au cours des dix dernières années, qui ont détourné l’attention de l’éducation publique comme priorité dans les travaux des gouvernements successifs. Cette situation a conduit à une augmentation du taux de protestation au cours de la rentrée scolaire de cette année, qui a couvert presque tous les gouvernorats de la république, menant l’intérieur dans les premiers rangs. Le 17 septembre 2021, le peuple de Al Ryashia du gouvernorat de Kairouan a organisé une manifestation, à la suite de laquelle la route vers le gouvernorat  de Sidi Bouzid a été fermée devant l’école primaire “Al-Ajaina”, afin d’exiger l’accès à l’eau potable à l’école et à la réalisation des améliorations, ainsi que l’amélioration des itinéraires agricoles qui y conduisent afin d’éviter les accidents qui constituent un risque pour la sécurité des élèves. Le gouvernorat du Kairouan n’est pas le seul à se plaindre du problème des pannes d’eau dans les écoles, à leur tour, les parents dans la délégation de Sbitla, gouvernorat  de Kasserine, empêchent leurs enfants de fréquenter l’école en raison de l’absence d’eau.

A Tamaghza aussi les parents de l’école préparatoire continuent de bloquer les classes jusqu’au début du mois en cours, en raison de l’absence du cuisinier chargé de préparer les repas pour les élèves vivant dans des zones reculées, ainsi que l’absence d’un cadre éducatif et administratif pour les élèves.

Les élèves de l’École Primaire Al Ajaina ont participé à des manifestations pour demander une amélioration du statut de l’école[1]

Effondrement de l’infrastructure

Dans la zone de Ryashia, dans le gouvernorat  de Kairouan, dans une école isolée sans clôtures et sans gardes, les élèves ont été pris au piège pendant des heures dans une situation dangereuse, s’attendant à ce que le toit des classes s’effondre en raison du manque d’infrastructures et de rénovation depuis la construction. Ce sont des indications sur l’ampleur des risques entourant l’école publique et de la faible qualité de l’enseignement qui y est offert, ce qui a conduit les élèves et le cadre éducatif à être évités, ce qui aurait une incidence sur sa valeur en tant qu’espace éducatif.  Il ne s’agit pas seulement d’une région du nord au sud du pays, mais aussi d’un phénomène généralisé qui nécessite des mesures sérieuses et un traitement efficace pour améliorer le statut de l’école publique. Cela se poursuit après plus de 03 ans depuis que le gouvernement a promis de mettre en place un programme complet pour le maintien des établissements d’enseignement, avec des fonds estimés à 500 millions de dinars[2], qui permettra la rénovation de nombreuses écoles primaires dans le cadre d’un programme d’amélioration du secteur de l’éducation. En septembre 2021, le Bureau du Président de la République a approuvé la création d’un comité sur le maintien des établissements d’enseignement et l’attribution de 50 millions de dinars[3] aux travaux du comité, comme l’a déclaré une responsable du Ministère de l’Éducation, Wejden Ben Ayed, à une station de radio privée. Les chiffres restent sur le papier tant que la réalité de l’école rurale ne change en rien.

L’école primaire Al Ajaina[4]

Marginalisation de l’école publique : une politique systématique de privatisation de l’éducation

Le droit international exige que tous les États utilisent toutes les ressources disponibles pour respecter le droit fondamental à l’éducation de tous les enfants. Cependant, certains gouvernements sous-estiment ou n’investissent pas dans le droit à l’éducation qui répond au mieux aux besoins fondamentaux de l’élève, à savoir, l’éducation et la santé, en fournissant de l’eau et la protection par l’infrastructure scolaire. Cette baisse des investissements dans l’éducation publique prive les enfants d’un de leurs droits fondamentaux et empêche des milliers d’entre eux d’aller à l’école, comme c’est le cas aujourd’hui en Tunisie. La situation dans l’école publique a entraîné une augmentation du taux de décrochage, avec environ 280 élèves qui abandonnent l’école chaque jour, soit plus de 100000 élèves par an ce qui fait qu’au cours des dix dernières années, le nombre total d’abandons a atteint environ 1 million[5], à l’école primaire et secondaire, en raison des mauvaises conditions dans les écoles, de la distance qui les sépare des zones d’habitation rurales et du manque de disponibilité pour assurer une protection de base à l’élève. Les Violations et les pratiques juridiques généralisées enchâssent l’inégalité et la discrimination en termes d’accès au savoir, et qui privent également les enfants de l’éducation, qui est un droit fondamental à leur développement et à pouvoir revendiquer leurs droits. Le leadership nécessaire pour résoudre cette crise fait toujours défaut, surtout compte tenu des efforts concertés des différentes parties pour ouvrir la porte à l’éducation privée, pour devenir l’apanage exclusif d’une classe particulière, une plus grande discrimination de classe est consacrée et l’État se dérobe à sa responsabilité de réformer le système éducatif, puisqu’il est devenu la propriété du secteur privé.

« Le déclin de l’État dans la garantie d’une éducation publique de qualité et l’effondrement de l’école publique ouvrent la voie à la construction de barrages pour la capacité des pauvres à atteindre la qualité d’autres classes capables de produire leurs propres espaces de connaissance de haute qualité. » C’est ce qu’a souligné le penseur libanais Mehdi Amel dans son livre ‘Introduction théorique à l’impact de la pensée socialiste sur le mouvement de libération nationale’[6]. Il souligne que la conséquence inévitable de l’éducation spéciale sera la production d’une éducation de classe qui consacre l’inégalité entre les enfants de différentes classes sociales. Cela coïncide avec le déficit économique que connaît la Tunisie depuis le début de la dernière décennie, qui a conduit à un déclin du rôle de l’État en tant qu’acteur économique garantissant à ses citoyens des droits fondamentaux, tels que l’éducation et la santé. Cela a affecté l’école publique, qui s’est retrouvée enlisée dans la violence de classe par un déclin de la qualité de l’éducation et un dédain pour ses infrastructures en échange de la croissance de l’éducation privée, qui s’est présentée comme une bouée de sauvetage de la connaissance, seulement pour ceux qui ont pu le faire. En 2017, il y avait 735 établissements d’enseignement privés en Tunisie, fournissant des services à plus de 138000 élèves[7], selon le recensement scolaire publié par la direction générale des études, de la planification et des systèmes d’information du ministère de l’Éducation. Le secteur emploie actuellement plus de 197 mille enseignants, inspecteurs et administrateurs, représentant 30,9% de l’ensemble des fonctionnaires, et fournit des services à plus de 2 millions d’élèves avec un budget général de 6509 millions de dinars pour 2020, selon la même source.

Les chiffres indiquent que ce secteur a été renversé et a le monopole de la qualité, tant par le développement de mécanismes éducatifs agréés que par la fourniture d’équipements de pointe pour faciliter l’accès cognitif de ses dirigeants, en en faisant un refuge pour la réussite scolaire d’une seule classe.

Elle a également contribué à un processus profondément problématique qui nécessite une réflexion sérieuse sur l’avenir de milliers d’élèves sans éducation et donc sur l’avenir de toute une génération.

[1] https://www.facebook.com/Forum-Tunisien-pour-les-Droits-Economiques-et-Sociaux-section-Kairouan-233012453493683/photos/pcb.4055356674592556/4055351977926359

[2] https://ultratunisia.ultrasawt.com/

[3] https://www.facebook.com/mosaiquefm/videos/843098403076552

[4] https://www.facebook.com/Forum-Tunisien-pour-les-Droits-Economiques-et-Sociaux-section-Kairouan-233012453493683/photos/pcb.4055356674592556/4055351977926359

[5] https://www.independentarabia.com/node/188566/%D8%A7%D9%84%D8%A3%D8%AE%D8%A8%D8%A7%D8%B1/%D8%A7%D9%84%D8%B9%D8%A7%D9%84%D9%85

[6] https://freshbooks2u.com/%D9%85%D9%82%D8%AF%D9%85%D8%A7%D8%AA-

[7] http://www.edunet.tn/article_education/statistiques/stat2020_2021/stat_scolaire.pdf

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

*